La dérive

enversetpourtous Par Le 12/05/2019 0

Un beau matin d’avril, j’ai hissé la grand voile,

Vous laissant sur le quai à la haute marée,

Pour rechercher l’éclat de la nouvelle étoile.

Ho hisse et hisse et ho, et j’ai le cœur serré.

 

Soudain, déconcerté, j’aperçois vos visages

Joliment profilés sur la mer étirée ;

Vos rires cristallins montent vers les nuages.

Ho hisse et hisse et ho, et j’ai le cœur serré.

 

Il faudra bien pourtant décrocher cette amarre,

Partir aveuglément vers la lueur du phare.

Le navire, à présent, avance à vive allure,

 

Sur les flots apaisés, sous les cieux dégagés.

Hardi, fier matelot, je défie le futur !

Ho hisse et hisse et ho, et j’ai le cœur léger.

 

Rémy

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam